Hypomnemata et écriture de soi

[Citation d’Ars Industrialis : Michel Foucault, réfléchissant aux hypomnemata, compris comme supports de mémoire, les pensait comme écriture de soi, comme une modalité de constitution de soi. Sans ces hypomnemata, le risque est grand de sombrer dans l’agitation de l’esprit, c’est à dire dans une instabilité de l’attention, qui empêche l’esprit de se constituer en propre. C’est ce que nous retrouvons dans le zapping d’aujourd’hui. « L’écriture des hypomnemata, écrit Foucault, s’oppose à cet éparpillement en fixant des éléments acquis et en constituant en quelque sorte “du passé’’, vers lequel il est toujours possible de faire retour et retraite »]

Je pense en la matière que le premier besoin de l’humain du XXIème siècle est de retourner à l’hypomnemata (qu’il prenne la forme d’un Powerpoint, d’un mémo Notes, d’un message FB pour soi-même ou d’un Post-It) pour prendre le temps de consigner ses propres réflexions par écrit, de se relire, avant de jouer au ping-pong avec autrui (ce point figure dans mon mémoire de recherche). Dans un « Remède à la Mélancolie », Pierre Gagnaire évoque la magie de la gomme pour effacer les scories de son propre esprit quand il élabore une recette. Ca manque à l’oral et même dans un tchat internet. Souvenons-en.

La suite sur Ars Industrialis

Nouvelle charte de l’espace des contributions du « Monde »

[NDR : je reproduis à l’identique cette charte publiée le 21/05/2019 car le sujet de la « netiquette » est un des centres d’intérêts majeurs de Tendance Positive]

Bienvenue dans l’espace de contribution des abonnés du Monde, que nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue.

1. Quelles sont les règles de bonne conduite de l’espace de contribution ?

La discussion doit être respectueuse, sans attaque personnelle (contre les autres contributeurs et contributrices, comme contre les journalistes ou les personnes citées dans l’article) et respecter les limites de la liberté d’expression : pas de diffamation, pas d’injure, pas de propos discriminatoire, sexiste ou raciste, négationniste, ou incitant à la haine. De même, tous les propos relevant du prosélytisme ou de nature promotionnelle ou publicitaire sont à exclure.

Votre réaction doit être en langue française et correctement rédigée. Il faut éviter le style télégraphique, les abréviations ou les phrases totalement en majuscules.

Vos contributions sont publiées après validation par notre équipe de modération. Toute contribution que Le Monde estime contraire à la bonne tenue du débat ne sera pas publiée.

Un contributeur ou une contributrice violant ces règles de manière grave ou répétée pourra être sanctionné, y compris jusqu’à se voir retirer définitivement le droit de contribuer.

Le Monde se réserve la possibilité de fermer à tout moment la fonctionnalité des commentaires sur tout ou partie de son site.

2. Puis-je avoir quelques exemples de propos contrevenant aux règles ?

Tout propos hors des limites de la liberté d’expression ne sera pas publié – d’autant plus que l’espace des contributions est considéré comme public aux yeux de la loi.

– Un propos qui serait diffamatoire :

Refusé : « On sait bien que M. X est raciste » (la personne est directement visée, sans preuve ou élément pouvant étayer l’accusation).

Accepté : « M. X a déjà été condamné plusieurs fois pour des propos racistes » (cela s’appuie sur des décisions judiciaires) ou « Les propos de M. X sont racistes » (cela vise des propos et non la personne elle-même).

– Un propos qui ne respecterait pas la présomption d’innocence :

Refusé : « Le mec a tué sa femme, j’espère qu’il prendra cher au procès » (la décision judiciaire n’est pas encore tombée, il est présumé innocent).

Accepté : « S’il est condamné pour le meurtre de sa femme, j’espère qu’il aura une peine exemplaire. »

– Un propos qui relèverait de l’injure publique

Refusé : « M. X est un abruti. »

– Un propos qui relèverait de l’appel à la violence :

Refusé : « Ce mec mérite des paires de baffes sans attendre. »

– Un propos qui serait raciste ou incitant à la haine en raison de la religion ou de l’origine nationale ou ethnique :

Refusé : « Ça vous étonne qu’il soit condamné pour vol, vous avez vu son origine ? »

– Un propos qui serait sexiste :

Refusé : « Elle est mignonne mais qu’est-ce qu’elle est blonde, celle-là ! »

– Un propos qui relèverait de l’attaque personnelle envers un autre contributeur, une personne témoignant dans l’article, ou un journaliste :

Refusé : « Vous connaissant, je m’étonne que vous ayez compris l’article, c’est pourtant pas de votre niveau, si ? »

3. Combien de contributions puis-je poster ? De quelle longueur ?

Vous pouvez poster une contribution par article et jusqu’à trois réponses.

La limite des messages est fixée à 1 000 caractères maximum par contribution.

Les contributions de quelques mots (« Merci ! »« Article scandaleux » ou « Article génial ») sans autre forme d’argumentation ne seront pas publiées.

4. Dois-je donner mon vrai nom pour contribuer ?

Vous pouvez contribuer sous votre identité réelle ou sous pseudonyme. Dans les deux cas, Le Monde se réserve la possibilité de vous contacter à l’adresse figurant dans votre compte abonné en cas de problème.

Toute usurpation d’identité ou de pseudonyme est strictement interdite, ainsi que tout pseudonyme qui contreviendrait aux règles de bonne conduite.

5. Puis-je avoir plusieurs signatures ?

Non, une seule signature est autorisée par compte. Vous pouvez la modifier un nombre limité de fois et, dans ce cas, c’est votre nouvelle signature qui apparaîtra sous vos anciennes contributions. Le Mondeconservera l’historique de vos signatures.

En revanche, les changements de signature ne s’appliquent pas aux contributions antérieures au nouveau système mis en place le 22 mai 2019, qui conservent la signature alors utilisée.

6. Je constate une contribution qui semble contrevenir aux règles. Que puis-je faire ?

Vous pouvez signaler la contribution en cliquant sur « Signaler ce commentaire ». Il sera alors examiné en urgence par nos équipes de modération.

7. Puis-je critiquer Le Monde dans ma contribution ?

Vous avez tout à fait le droit de ne pas être d’accord avec les choix éditoriaux et le contenu d’un article – et de le dire dans votre contribution. Mais cela doit se faire de manière respectueuse et sans attaque personnelle contre les journalistes ou les modérateurs.

Si vous souhaitez contacter directement la rédaction, vous pouvez écrire au courrier des lecteurs du Monde à l’adresse courrier-des-lecteurs@lemonde.fr ou au médiateur du Monde à l’adresse mediateur@lemonde.fr

8. Ma contribution n’a pas été publiée Puis-je avoir une explication ?

Vous pouvez contacter la modération à l’adresse moderation@lemonde.fr, en précisant la signature utilisée pour la contribution concernée ainsi que la date et heure de soumission.

9. Pourquoi ne puis-je pas mettre de lien dans ma contribution ?

Nous bloquons tous les liens pour éviter toute forme de publicité et des messages qui ne viseraient qu’à améliorer le référencement d’un site. En revanche, les liens renvoyant vers des pages des sites du Groupe Le Monde sont autorisés.

10. Mes contributions sont-elles archivées ?

Le Monde ne garantit pas l’archivage des commentaires. Si vous souhaitez conserver un historique de vos contributions, il vous appartient de les sauvegarder de votre côté.

Quand-mêmisme

(n.m.) Tendance impensée à ajouter « Quand même » à tout bout de champ, laissant supposer implicitement que tout ce qu’on réussit l’est « malgré tout » dans une époque, un contexte, une entreprise, une météo, une société… qui pourtant n’y est pas propice. C’est donc une variante de l’aujourdhuisme, dont la mise en abyme oblige à s’interroger sur le caractère réellement nouveau du quand-mêmisme. Même si une première analyse de la littérature du XIXème siècle semble indiquer une très faible occurrence de l’expression. Work in progress, donc.

Citations :
« La philosophie est donc l’amour de la vie quand même » (Clément Rosset)
« Aimer (quand même) le XXIe siècle » : titre de livre de Jean-Louis Servan-Schreiber (2012)

NB1 : le « quand-mêmisme » n’est pas concerné par l’utilisation originelle et valide de l’expression (c’est-à-dire pour exprimer une opposition sans sous-entendu implicitement pessimiste), par exemple dans « La France va mal, mais je l’aime quand même » (chanson de La Fouine).

NB2 : il existe une autre utilisation, plutôt populaire, du « quand même », dont dérive le quand-mêmisme : c’est l’expression d’un paradoxe. Par exemple dans « Il y a quand même moins d’étrangers que de racistes en France » (Coluche) ou « J’ai l’impression que les hommes politiques, c’est quand même pas des gens comme nous. » (Michel Houellebecq)

Liens vers les albums Facebook (et autres contenus)

Un réseau social ne pouvant se concevoir sans contenu éditorial, je réfléchis à différents moyens de « glaner » des contenus et de les partager de manière simple tout en dépassant le mode « flux » vers lequel Twitter ou FB ont tendance à nous orienter. Voici quelques exemples, encore à l’état de maquettes : ils ne sont pas (encore) structurés ni reliés entre eux, ou reliés aux articles du blog.

Albums Facebook en mode vignette
Albums Facebook en mode texte (+ rapide)
Vidéos DailyMotion

Publication – Mémoire de recherche « Le geste de sauvegarde des objets numériques »

Mémoire de recherche « Le geste de sauvegarde des objets numériques – L’éditorialisation de soi à l’épreuve des réseaux »

Master 2 Recherche – Celsa Sorbonne Université, sous la direction d’Etienne Candel

PDF du mémoire complet (200 pages)

PDF du mémoire sans les annexes (87 pages)

PDF des annexes (94 pages)
Résumé vidéo (playlist YouTube, 20mn, 7 parties)

Résumé

Ce mémoire interroge « le geste de sauvegarde des objets numériques » selon une problématique SIC (sciences de l’information et de la communication). La transdisciplinarité de l’approche SIC permet de confronter l’approche technique de la sauvegarde à une réflexion critique sur les discours et les objets de recherche qui y sont rattachés, dans l’espoir de contribuer à porter un regard neuf sur un sujet d’apparence triviale.

Les principales questions posées sont d’abord celle de l’éditorialisation de soi, et donc des natures de contenu à sauvegarder – au premier chef les collections – avec une confrontation de l’archive personnelle face au patrimoine collectif. Puis celle de la curation personnelle : que garder ? que jeter ? comment trier ? Et comment attribuer une valeur aux objets numériques ? Enfin la question du développement de nouveaux « arts de faire » en réseau pour partager et faire survivre les contenus. L’étude interroge le triangle formé par l’individu, ses objets (ou contenus) numériques, et l’environnement sous sa forme de réseau, et étudie leurs interactions dans le temps et l’espace à travers ce geste de sauvegarde. Elle tente d’ouvrir des pistes pour une vision élargie de la sauvegarde mais aussi pour le développement d’outils innovants en accord avec cette vision.

Dons

Suite au décès de Françoise Pelissolo (voir http://pelissolo.org/deces-de-francoise-pelissolo/)
 
Voici une liste proposée d’associations susceptibles de recevoir vos dons :
 
Pour le soutien aux migrants :
Pour la parité (l’association fondée par Françoise) :

Décès de Francoise Pelissolo

Les familles Jaquin, Pelissolo, et Couturier ont la profonde tristesse d’annoncer le décès de

Mme Françoise PELISSOLO née JAQUIN
Chevalière de l’Ordre national du Mérite
Fondatrice, ex-Présidente de Elles Aussi
Militante au PS des Yvelines, responsable associative à l’UFCS
Et au cœur de tant de luttes pour les droits des femmes !

Survenu le 5 juillet 2018, à l’âge de 78 ans.
L’inhumation de l’urne aura lieu vendredi 13 juillet à 9h30 au cimetière de Maurepas, rue de Villeneuve.
Un hommage à sa mémoire aura lieu ensuite à la Maison de Sologne, 1 avenue de Sologne, Maurepas.
Ni fleurs, ni couronnes, dons pour le soutien aux migrants et des droits des femmes sur : http://pelissolo.org/dons/

« Utopies réalistes » de Rutger Bregman

Comment ai-je pu autant tarder à dire tout le bien que je pense du livre « Utopies réalistes » de Rutger Bregman (30 ans seulement !), qui n’a pas besoin de ressusciter mai 68 pour nous donner l’envie et l’espoir de réellement changer ce qui ne va pas dans le monde. Et qu’il ne faut pas résumer à la seule mise en avant du revenu universel : il y a plein d’autres idées intéressantes.

J’ai eu la joie de partager ce plaisir avec ma fille de 16 ans qui a aussi dévoré ce livre. Si cela peut en intéresser d’autres ?

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/soyez-realistes-demandez-limpossible-avec-rutger-bregman