« Utopies réalistes » de Rutger Bregman

Comment ai-je pu autant tarder à dire tout le bien que je pense du livre « Utopies réalistes » de Rutger Bregman (30 ans seulement !), qui n’a pas besoin de ressusciter mai 68 pour nous donner l’envie et l’espoir de réellement changer ce qui ne va pas dans le monde. Et qu’il ne faut pas résumer à la seule mise en avant du revenu universel : il y a plein d’autres idées intéressantes.

J’ai eu la joie de partager ce plaisir avec ma fille de 16 ans qui a aussi dévoré ce livre. Si cela peut en intéresser d’autres ?

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/soyez-realistes-demandez-limpossible-avec-rutger-bregman

Facebook, encore…

[Article posté le 30 mars 2018 sur mon compte Facebook]
Sur l’algorithme d’affichage du « fil d’actualités » FB (aka Edgerank) :

– il y a environ 1/3 de liens sponsorisés (cad des pubs), ce qui correspond à la proportion de pages de pubs de la presse magazine qui se vend bien (ex : l’Obs ou Elle) et paraît peu choquant pour une plateforme gratuite, d’autant qu’il est plus facile de « zapper » mentalement des liens dans une page que de le faire quand vous êtes bloqués pendant X secondes par des pubs comme à la radio, à la télé, ou sur les tubes vidéos

– sur les 2/3 de pages qui restent, que pourrait faire FB de « méchant » ? A part remplacer certaines pages candidates à être affichées (des pages de vos amis) par d’autres (qui sont aussi vos amis). Si vous n’êtes pas content de ce que certains amis affichent, il revient de VOTRE choix de ne pas les afficher (il y a tous les paramètres pour ça), ce n’est pas FB qui le fera à votre place.

Alors bien sûr, on peut analyser dans le détail ce qui est affiché sur une page. A ce jour, il semble que je sois un des seuls à l’avoir fait. Les chercheurs ou essayistes qui veulent montrer que FB est « méchant » en sont tellement convaincus qu’ils estiment que cela n’a pas besoin d’être prouvé. Pour ma part, et après mes propres essais (que je vous ai déjà racontés), je pense que le fameux fil est d’abord chronologique, et suppose qu’une fois que vous avez déjà vu un post, ce n’est plus la peine de l’afficher.

Ce qui au passage n’est pas toujours cool quand vous avez regardé un post de manière distraite et ne réalisez qu’après coup que ça avait l’air intéressant, mais pas de bol, vous avez oublié qui l’avait posté. Ca ne vous est jamais arrivé ?

En fait, c’est simple et basique (huhu), le meilleur moyen de savoir ce que disent vos amis, c’est d’aller sur leur page. De même que le meilleur moyen de lire un journal… C’est de le lire. Le fil c’est plutôt une synthèse qui par chance peut vous permettre de voir ce qui se passe. C’est comme si vous alliez dans la rue en espérant rencontrer vos meilleurs potes parce que vous avez la flemme de les appeler pour dîner ou boire un godet.

Je ne suis pas là pour défendre FB, je ne suis pas plus fan de Mark Z que vous. Il a inventé ce truc super il y a plus de 10 ans, OK. Je dis juste qu’il n’y a aucune raison de penser qu’il soit plus « méchant » que vous et moi. La seule chose certaine, c’est qu’il doit avoir la tête qui tourne avec tous les milliards que vaut ce fameux truc (*). Toutes les contraintes que ça pose vis-à-vis des actionnaires qui n’ont qu’une angoisse : que la baudruche se dégonfle, comme Myspace ou Napster dans le temps.

Non, le vrai problème de Facebook, c’est qu’à part quelques petites astuces ergonomiques sympa, il n’y a eu foncièrement RIEN de nouveau en 10 ans. Ces mecs là flippent tellement de tuer la poule aux oeufs d’or qu’ils n’osent plus y toucher. C’est le manque total d’imagination qui les tuera. Ils font croire qu’ils mettent plein d’IA dans leurs algorithmes, mais ça change quoi ? Alors arrêtons de les critiquer et proposons, développons, encourageons « the next big thing ».

Paix et amour amigos.

(*) et les énormes combines fiscales à la con, mais je pense qu’ils ont tous les mêmes fiscalistes dans la Silicon Valley. Tant que les Etats européens se laisseront tondre à cause des Irlandais qui bloquent les décisions prises à l’unanimité…

Hoax « FB a changé son algorithme… »

[Article posté le 10 février 2018 sur mon compte Facebook]
Je vais tordre le cou à ce hoax idiot qui se propage sur le thème « FB a changé son algorithme et n’affiche plus sur le fil que 25 de vos contacts ». Déjà posez-vous la question : combien d’entre vous font défiler plus de 25 affichages de suite sur leur fil ? (surtout si on y ajoute les infos « sponsorisées » que je ne compte pas)

Donc ce hoax est clairement basé sur le fait que vous n’allez pas vérifier et donc que vous êtes prêts à gober n’importe quoi sous prétexte que ça dit du mal des méchants diables GAFA (ce qui ne veut pas dire que je ne leur en veux pas de ne pas payer d’impôts, mais c’est une autre histoire).

Si on y réfléchit, ça voudrait dire que FB vous répète sans cesse les posts des 25 mêmes personnes, que vous fassiez défiler 25, 50 ou 100 infos sur votre fil.

J’ai donc essayé : pour afficher les 25 premiers contacts distincts, j’ai dû faire défiler 36 infos (toutes datées du même jour : aujourd’hui). Pour arriver à 50, j’ai dû en faire défiler 32 de plus (soit 68 en tout) et remonter 10 jours en arrière. Ce qui veut dire que non seulement les 25 premiers ne sont pas favorisés, mais au contraire c’est plus « diversifié » pour le « fond de fil » (les 25 suivants). Il y a simplement quelques contacts qui postent plus que d’autres (un contact a posté 5 infos, deux autres 3).

Conclusion : l’algo fait exactement l’inverse de ce que le hoax prétend : plus on affiche de posts, plus il évite de répéter les posts de ceux qui « mitraillent » et il privilégie les posts de ceux qui écrivent rarement. D’où une réelle diversité des affichages sur mon mur.

Bien sûr, si vous n’avez que 25 amis qui postent (ce qui est possible), il en ira tout différemment.

Temps passé : 20 minutes pour la mesure

NB : je parle bien des profils utilisateurs, pas des pages de groupes, ou des « pages » (musiciens, médias, commerciales) auquel le changement d’algorithme de janvier 2018 s’applique effectivement (ce qui apparemment suscite de gros soucis d’audience pour nombre de médias en ligne). La plupart des articles sur cet algorithme sont issus de sites de marketing et/ou de médias mais tous ne précisent pas cette différence.

Thomas Piketty – « paresse intellectuelle »

(Le Capital au XXIème siècle – page 18 de la 1ère édition du Seuil)
« En l’absence de sources, de méthodes et de concepts précisément définis, il est possible de dire tout et son contraire. Pour certains, les inégalités sont toujours croissantes, et le monde toujours plus injuste, par définition. Pour d’autres, les inégalités sont naturellement décroissantes, ou bien spontanément harmonieuses, et surtout rien ne doit être fait qui risquerait de perturber cet heureux équilibre. Face à ce dialogue de sourds, où chaque camp justifie souvent sa propre paresse intellectuelle par celle du camp d’en face, il existe un rôle pour une démarche de recherche systématique et méthodique – à défaut d’être pleinement scientifique. L’analyse savante ne mettra jamais fin aux violents conflits politiques suscités par les inégalités. »

About me (and my project)

Je suis François « Enzo » Pelissolo, 53 ans, ex ingénieur et dirigeant/créateur d’entreprise en informatique (chez Planisware), présentement étudiant-chercheur en info/comm au Celsa (M2 Recherche) et accessoirement libre suiveur de plusieurs cours et séminaires de sociologie à l’EHESS et l’ENS.

Je réfléchis à un projet de réseau social dont l’intitulé pourrait être : « Créer une plateforme de type « espace public » favorisant tous les échanges, communications, rencontres valorisant une société basée sur le partage, l’action, bref des valeurs positives mais concrètes. »

Ce réseau social sera aussi un site de rencontres (au sens large), l’objectif étant que les membres se regroupent par affinités, que ce soit pour débattre, dans le respect mutuel, ou pour construire ensemble des projets, des actions…

Je cherche à rencontrer d’autres passionnés de culture, de sociologie, de médias, d’informatique… motivés par un tel projet.

PS : je précise que malgré ce que le champ sémantique de « Tendance Positive » peut laisser penser, il ne s’agit ni d’un projet macroniste ni d’un délire new age. Ce nom est inspiré de la chanson « Tendance négative » de La Souris Déglinguée, avec le soutien amical de Tai-Luc. Il y a aussi une pensée pour le monde des losers magnifiques de Vernon Subutex. Je pense que le monde peut être meilleur mais ça ne marche pas tout seul. « La France ça ne s’écrit pas, la France ça se construit » disait Jean-Pascal. Je pense que la France (et le monde) ça s’écrit ET ça se construit.

NB : La photo est ancienne (1989), mais la 404 Peugeot et son conducteur restent aussi vaillants 30 ans plus tard que Don Quichotte et Rossinante.

Aujourd’huisme

 

Je viens d’effectuer une petite recherche Google autour des termes « aujourd’huisme », « todayism » et « oggidisme ». Rien de très convaincant et en tout cas susceptible de consensus digne d’une wikipédiation.

A défaut de pouvoir déposer le terme à un INPI sémantique, j’en propose une définition autant personnelle que prospective. J’attends vos commentaires et suggestions…

L’aujourd’huisme, c’est le procédé rhétorique consistant à précéder une critique sociale par le terme « Aujourd’hui » (ou toute variante de type « de nos jours » ou de l’exécré – injustement, selon moi – « Au jour d’aujourd’hui »…), laissant ainsi entendre que « c’était mieux avant » (cf. le remarquable et drolatique livre homonyme de Michel Serres) et que « tout fout le camp ». Le « -isme » désigne donc un biais, comme dans « strabisme » ou « laxisme », plutôt qu’une idéologie, comme dans « communisme ».

Ce que l’aujourd’huisme n’est pas :
1) le modernisme : c’est même un peu son contraire
2) la conscience de l’instant présent, au sens de la méditation par exemple, ou de l’image de Winnie et Porcelet qui illustre ce post.

Citations :
– « Il n’y a plus de famille aujourd’hui, il n’y a plus que des individus. » (Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, 1841).
– « C’est tout au plus si la volaille, à l’heure d’aujourd’hui, me paye le feu de ma cheminée. »
(A. France, La Rôtisserie de la Reine Pédauque, 1893).