La condamnation de Sandra Muller dans l’affaire #BalanceTonPorc

Si vous voulez comme moi comprendre pourquoi Sandra Muller a été condamnée pour diffamation, allez voir cette excellente (comme toujours) analyse juridique par Maître Eolas  :

https://www.maitre-eolas.fr/post/2019/09/25/La-condamnation-de-Sandra-Muller-dans-l-affaire-BalanceTonPorc

J’ajoute mes propres interrogations dans les commentaires qui suivent ce post.

3 réflexions sur « La condamnation de Sandra Muller dans l’affaire #BalanceTonPorc »

  1. Sur le fond du jugement, tout semble tourner autour de l’assimilation qu’a faite Sandra Muller entre Harvey Weinstein (accusé de crimes) et son « harceleur », uniquement accusé de propos déplacés.

    Si elle avait juste dit « cet homme m’a dit cela » sans relier l’affaire à Weinstein, elle s’en serait peut-être sortie ? (c’est une question de plus à Maître Eolas)

    Mais dans les faits, cela pose la question du hashtag : placer deux affaires sous un même hashtag signifie-t-il équivalence ? C’est sur ce point qu’il me semble que la cour a jugé « hâtivement ». Un hashtag est « juste » une clé de regroupement, signifiant des similitudes, mais seuls les paroles dites doivent être jugées.

    Car sinon, cela reviendrait à dire que si je mets le hashtag #shoah quelque part, je désigne automatiquement toute personne citée dans la suite comme responsable de la Shoah. Ce qui est aberrant, non ?

  2. Et j’ai aussi posé cette question plus technique à Eolas :

    Il me semble qu’il y a un vrai problème avec « l’exception de vérité » dans le cas où le « diffameur » est la victime de ce qu’il dénonce. Dans le cas d’un journal, c’est une bonne idée que la preuve doive être produite dans les dix jours de l’assignation, car cela évite qu’un journal tente une attaque « au bluff ». Mais dans le cas où la victime est le dénonciateur, il n’agit jamais « au bluff » puisqu’il sait qu’il détient la vérité.

    Donc il ne devrait pas y avoir de délai maximum dans ce cas précis, l’important étant que la preuve soit apportée – ce qui est ici le cas. Qu’en pensez-vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *